Posted by Philippe on September 05, 2017

Par Christophe Babec

Après avoir passé quelques temps à faire du repérage durant la semaine précédente je trouve ce que je cherche . Un endroit tranquille assez éloigné de tout et surtout des lieux communs qui sont fatalement ...mortels . Ce n’est pas que je sois associable mais pour ce qui est de la pêche j'aime ma tranquillité .

Je suis sur un endroit où la rivière dessine une courbe. Le courant passe sur la partie extérieure de cette courbe et sur la berge vers l’intérieur de la berge là où j'ai posé mon abri et mes cannes se trouve un grand plateau d'environ 200 mètres de long sur lequel une forêt vierge d'herbiers assez denses du genre “renoncules aquatiques” ont poussé. Il y à environ six ou sept mètres d'herbiers de la berge vers le large, puis un premier couloirs sans herbier avec ensuite des bandes d'herbiers ayant poussé de façon anarchique ensuite le fond descends en pente douce jusqu'à la berge opposée avec un courant assez soutenu, ce qui en été permet d'avoir une eau relativement brassée et par conséquent plus oxygénée . Tout est réuni pour une pêche estivale en rivière , des herbiers synonyme de nourriture et courant synonyme d’oxygène.

Un fabuleux garde manger assuré pour les poissons de toutes sortes puisque parmi la faune vivant dans ces herbiers se trouve en très grand nombre des crevettes d’eau douce .
Au milieu de ce plateau les herbiers sont moins denses et moins nombreux laissant deviner que le lit de la rivière est différent soit par la profondeur soit par la texture qui passe probablement avec de la vase alors qu’ailleurs il y a des galets, soit les deux à la fois. Toute la partie où je m’installe est vaseuse jusque sur la bordure et que ce soit en amont ou en aval j'ai constaté qu'il n'y en a pas car le fond est constitué de ces petits galets. En limite de courant il est évident que le fond change de nature , le courant lave le lit de la rivière et il n'y a plus de vase . Cette vase regorge de petites corbicules et probablement également de vers de vase .

Durant les deux jour précédent la partie de pêche j’amorce juste derrière ces herbiers pour placer mes montages en limite de courant avec environ 500 grammes de bouillettes chaque jour sur deux endroits précis espacés d’environ 15/20 mètres . Je pêche avec deux cannes , une placée environ 10 mètres sur ma gauche en amont de mon parapluie tente et l’autre à environ 5 ou 6 mètres à ma droite .
Je sais que je risque d'avoir de grosses difficultés pour amener un éventuel poisson à l'épuisette à travers ces herbiers.
J'ai pris les devant en dégageant deux couloirs perpendiculaires à la berge à l'aide d'un râteau. Un couloir juste devant moi et un autre environ trente mètres plus en aval.

Je sais que s’il n'est pas possible de mettre un poisson à l'épuisette je remonterai mes lignes et ne pêcherai plus sauf avec l'aide d'un bateau pour aller combattre et éventuellement mettre un poisson dans l'épuisette au large des herbiers .
Mes deux lignes sont montées et en place mais pour une fois je préfère mettre un 50/100ème sur le moulinet. Mes montages sont similaires à ceux que j'utilise d'habitude mais plus solides.
La première touche ne tarde pas et c'est la canne placée en amont qui part . Le poisson a décidé de remonter le courant et se cale dans un herbier assez dense . Je garde le contact et tente de l'en déloger mais soudain la ligne se libère et plus rien n'est au bout. Lorsque je ramène ma ligne je vois la bouillette et pense immédiatement que le poisson s’est décroché mais l'hameçon, un Wide Gap X n°8 est cassé net. Je suis dépité mais remet un montage avec un autre hameçon un SSBP n°6 de chez Fox.

Combat du bord dans la jungle aquatique

La deuxième canne subit les foudres d'une carpe qui elle part plein feu vers l'aval. Je prends le contact , le poisson reviens dans les herbiers. Je garde alors la canne hautes et commence à descendre vers l'aval, arrivé légèrement en aval de l'herbier où le poisson est réfugié je relâche la pression quelques quelques temps mais en gardant le contact avec le poisson. Cela dure une minute peut-être deux mais guère plus. Le poisson ayant un peu récupéré sort de l’herbier et repars vers l’aval, la ligne que j’ai gardé le plus haut possible se dégage alors des herbiers . C’est à ce moment que je reprends le contact plus fermement avec le poisson et là je commence à le ramener vers moi en essayant, c’est important, de le maintenir en surface . Si il se remet dans un autre herbier je recommence la même opération, je relâche la pression en gardant le contact et ... rebelote. Dans le même temps je redescends de quelques mètres le long de la berge vers l'aval.

J'arrive à faire passer le poisson dans le couloir que j'ai préalablement préparé en arrachant des herbiers à l'aide du râteau . J'ai troqué mes savates contre des Crocs pour pouvoir entrer dans l'eau jusqu'à mi-cuisse pour mettre le poisson à l’épuisette .

Tactiques précise

En rivière les herbiers sont soumis à la force du courant . L’herbier au fur et à mesure qu’il pousse décris un arc de cercle du fond de la rivière vers sa surface de l’amont vers l’aval , parfois certains herbiers s’étalent en surface sur plusieurs mètres de long laissant autant d’espace libre sous cette partie flottante. il est évident que si l’on se place en aval et que l’on tire une ligne dans des herbiers de l’amont vers l’aval c’est plus facile que de faire le contraire ou de travers car dans ce cas le poids de l’herbier et la force du courant créent une résistance énorme qui ajouté à la force de traction du poissons génère une pression trop forte pour permettre une issue favorable pour le pêcheur. C’est soit la ligne qui casse soit la décroche du poisson alors que si l’on exerce une pression vers l’aval là la résistance est bien moindre, mieux même le poisson aide presque la ligne à passer les herbiers . Le petit truc que j’essaie de faire c’est de garder le poisson le plus possible en surface et la nature étant bien faite les herbiers ne poussent pas dans des grande profondeurs .
.Essayez avec une ligne juste montée d’un plomb de la passer dans des herbiers de l’amont vers l’aval puis inversement de l’aval vers l’amont ou perpendiculairement au courant et vous verrez que dans un cas, de l’amont vers l’aval cela est bien plus facile . Voilà, c’est la manière que j’ai utilisé pour pêcher du bord dans des herbiers , je ne dis pas que c’est la meilleure mais ça marche, et si cela permet à certains de s’y essayer.... Je ne doute pas d’ailleurs que combattre en bateau de la même manière des poissons dans des herbiers , soit possible voire mieux adapté.
Selon la configuration des berges si on peut s’aider en prenant de la hauteur lors du combat du bord ça aide .

Un mot sur la pêche

Je touche plusieurs poissons jusque tard dans la nuit et chaque fois j’opère de la même manière. J’’ai toutefois une casse net, le nylon pourtant assez costaud est râpé sur quelques centimètres avant une coupure nette . La deuxième ligne sur laquelle un Wide Gap X est monté me réserve une surprise , alors que je mets une commune à l’épuisette au milieu des herbiers, la ligne se détends soudainement. Je me dis :” coup de chance une décroche dans l’épuisette” mais en fait l’hameçon est .... cassé net comme le premier . Le Wide ap X à trouvé ses limites . J’opte pour refaire un bas de ligne avec un SSBP n°6 comme pour l’autre ligne. Durant la visite surprise d’un ami , nous avons droit à “ Un concert de grenouilles gratuit “ *
Je ne ne demanderai pas de rappel mais durant la nuit la chorale géante des grenouilles enrouées ma offert un deuxième concerto digne du canon de Pachelbel en écho aux ronflements de ma chienne
Durant cette nuit pêche je fais six carpes communes et une carpe miroir . La carpe miroir et deux communes portent encore les stigmates d’une fraie tardive. Cette pêche qui semble jolie est à relativiser pour plusieurs raisons. J’ai pêché un endroit où les carpes sont très peu voire jamais pêchées. J’ai bénéficié de conditions très favorables et la rivière est relativement poissonneuse . Je connais bien d’autres rivières où faire un voire deux poissons dans la nuit est plus difficile, il convient donc de relativiser les nombres de prises que l’on voit à droite à gauche sur le net.

Categories: